Je me sens seule, et alors ?

Le confinement a figé dans le temps les envies. La productivité, l’envie de se bouger, d’accomplir quelque chose d'(in)utile, se diffusent au fil des jours qui passent et se ressemblent.Les idées apparaissent aussi vite qu’elles disparaissent, pour ne laisser la place qu’à la paresse, au vide, aux perspectives. Grosse déprime ? Non, non ! Tout…