Chemin de Compostelle – Voie de Vézelay : Jour 3 (fin)

Je termine ma randonnée sur le chemin de Compostelle. Après avoir remonté seule en randonnée, le Pays Basque et le Béarn, je m’apprête à rentrer sur Bordeaux.

Dernière effort avant d’arriver à la gare

De retour de Saint Jacques de Compostelle

J’écris depuis le train de retour, les pieds dans les tongs et des pansements plein les doigts de pied. C’est douloureux de marcher avec des pieds abîmés, alors je traîne et limite je fais pitié. Enfin, c’est ce que je devine dans le regard des passants de la gare d’Orthez ^^
Dernier jour de marche pour moi sur la voie de Vézelay, mon objectif de faire 140 km était démesuré. Ma condition physique et mon équipement ne sont pas adaptés.
Peu importe, quel était mon objectif ? C’était bien de marcher, dormir je sais où, porter mon sac à dos, de partir seule en voyage.
Eh bien c’est chose faite ! Mission accomplie ! Je suis soulagée que ma peine s’arrête et d’avoir parcouru autant de kilomètre durant ce voyage.

J’arrive à Orthez

Difficile.. mais je ne garde que les bons souvenirs

Cette matinée m’a fait traverser sur une petite dizaine de km le nord du département 64. J’aurais traversé les Pyrénées-Atlantiques du sud au nord, j’aurai voyagé sur le Chemin de Compostelle, voyager en solo 🙂 C’était chouette, vraiment un beau pays et des gens sympa.
J’ai nettement préféré le sud (d’autant plus que j’étais en forme et super motivée), les paysages sont rustiques, moins urbanisés, plus sauvages. Le tracé traverse des bois et les villages sont plus petits.
A partir de Sauveterre-de-Béarn, le relief est moins marqué, on voit l’apparition de la culture de maïs, plus de bitume et des grandes voies. Je n’ai pas du tout aimé marché le long des Nationales avec les camions qui roulent à fond quelques centimètres…
Encore une fois, voyager seule amène aussi à quelques règles de prudence à ne pas négliger.

J’aurais également rencontré pleins d’animaux 🙂 Un petit chien noir a marché un petit moment avec moi, un yorkshire aura mordu ma chaussure. J’aurais croisé des vaches blondes, des moutons, un berger qui rassemble son troupeau en voiture (WTF), des ânes, des chevaux et une tonne d’insectes ! Surtout des moustiques, beaucoup de moustiques !

Ce que je retiens de ce premier voyage seule

C’était un beau voyage, un peu court mais je ne pouvais plus continuer. ..
Cette première rando en solo m’aura permis de me confronter à mes capacités mentales et physiques. Je savais que j’avais le physique pour marcher puisque je cours très régulièrement. Mais je ne doutais pas que les petits désagréments auraient pu prendre une telle importance. Le moindre frottement avec la répétition, la chaleur, la transpiration, se transforme en enfer rapidement.
C’est alors que l’esprit prend le relais. Continuer plus loin, ne pas s’arrêter, marcher, même si l’on a mal, si l’on souffre, si l’on se dit que c’est débile. Ignorer la petite voix qui demande de stopper sur le champ, de faire du stop ou de s’arrêter à l’arrêt de bus.
J’aurai puiser très profondément dans mes réserves, dans ma volonté pour avancer. Je suis certaine que certains penseront que c’est facile, pas si compliqué ou qu’ils l’ont même déjà fait de leur côté. Tant mieux ^^ mais pour moi, dans les conditions qui étaient telles, ce voyage a été difficile.
Pourtant, sans ça, je n’aurais pas creuser aussi loin dans mes ressources. Je me suis étonnée à ne pas baisser les bras et à poursuivre coûte que coûte (bornée la fille…).
Je suis revenue changée de ce voyage en solo. Je suis revenue avec un regard neuf sur ce qui m’entourait, ce qui me faisait vibrer et vers quoi je voulais tendre.

Je poursuivrais cette escapade, une autre fois mais ce coup-ci en mieux équipée, un peu mieux préparée.
Cela fait 2 ans que j’ai réalisé ce Chemin, j’ai appris de mes voyages en solo ou accompagnée. La suite de l’étape est pour bientôt.

Enjoy the road !


Récap’ voyage

A faire :
– prendre de l’Elastoplast pour les ampoules
– prendre une paire de baskets une demie pointure en plus (pour les pieds qui gonflent)
– avoir un plan B (comment je rentre si la rando ne se passe pas comme prévue)
– avoir confiance en soi, ne pas avoir peur
– tester son matériel avant de partir
– lire des articles de blog pour apprendre de l’expérience des autres
– donner les affaires dont a pas besoin
– prendre moins que trop

A ne pas faire :
– partir avec un sac trop chargé
– prendre des affaires dont on pense avoir besoin (ex : « tiens tiens, si je prenais ce pull ^^ je l’aime bien plus 🙂 » => 20km plus tard « bordel !! trop chaud… trop lourd… T_T »
– prendre du matériel inadapté et la moitié de son appart (ex : sac de couchage trop chaud)
– faire de trop grandes étapes (30 km / jour, c’est trop)
– couper ses ongles de pieds trop court XD
– râler !


Et toujours les autres articles de voyages !

Préparatifs du voyage :
l’article se trouve ici

Jour 1 :
De Saint Jean Pied de Port à Saint Palais

Jour 2 :
De Saint Palais à Orion


3 commentaires Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s