Chemin de Compostelle – Voie de Vézelay : Jour 2

Je parcours une partie du chemin de Compostelle, j’ai préparé mon circuit et ai réalisé ma première journée de marche. Je poursuis la randonnée en remontant le Béarn.

Départ de Saint-Palais, pause à Sauveterre et dodo proche de Hôpital d’Orion

Je repars sur le Chemin de Compostelle après une courte nuit

Le lendemain après une nuit relativement courte, je suis repartie sur la route avec un équipement plus allégé que la veille.
Dès les premiers kilomètres je m’arrête pour arranger mes chaussures, j’ai un frottement depuis plusieurs minutes et je ne veux pas l’ignorer. Si une ampoule sur le côté ou l’arrière du pied se forme, je peux arrêter illico la rando.
Après plusieurs tentatives de pansements, je repars.

Le paysage se transforme et le vert tendre du Pays-Basque se transforme en champs cultivés de tournesols et en routes goudronnées.
Je randonne sur le Chemin de Compostelle toute la matinée et m’arrête déjeuner un bout de pain énergétique, en pleine nature, en haut d’une colline boisée. Pendant ma pause, un sanglier passe par-là, et je me fais toute petite.. de peur qu’il soit attiré par l’odeur de la nourriture \o/ (bon je ne suis pas sûre que les sangliers soient sensibles à la banane ..).
Je traverse les petits villages du Pays-Basque pour arriver dans le Béarn par Sauveterre-de-Bearn, où je prends la réservation du gîte pour la nuit. La maison se trouve à 6 (ou 8 )km, il me reste encore des heures de marche avant d’arriver là-bas.
Je commence à souffrir, mais je sais que je vais bien manger et dormir le soir-même, alors je continue.

Voyage en solo… le mental prend la suite (pas le choix)

Je reprends le Chemin de Compostelle, je marche et je me rends compte que je suis partie dans la mauvaise direction… Pas de bol, j’ai déjà avalé pas mal de dénivelé et j’en reprends encore parce que je ne sais pas où je vais… Finalement je retrouve le chemin qui suit la rivière sous les arbres et des champs de tournesols.

Le Béarn est différend du Pays-Basque, les paysages sont vraiment chouette, mais j’ai l’impression que le dénivelé est plus important. Ou alors c’est la fatigue qui parle, mais j’ai l’impression que je ne fais que monter… Je ne croise personne sur le chemin, l’itinéraire est moins emprunté et j’apprécie d’être seule sur la route ^^

L’après-midi se poursuit et le dénivelé aussi.. Le parcours de la Voie de Vézelay traverse des bois avec de grosses pierres instables et des tranchées creusées par l’orage de la veille. Le sol est super glissant, instable à cause de pierres et les moustiques sont déchaînés ! Nerveusement c’est difficile de supporter des attaques de moustiques, ils sont partout, sous les yeux à me suivre, ils rentrent dans mon t-shirt, dans mon short, ils me piquent, je glisse, je m’énerve et j’ai envie de péter un plomb !
Je commence à ne plus avoir d’eau dans mon sac, la chaleur, le dénivelé, la douleur et les moustiques, ça commence à être long..

Je fais sécher mon linge, pendant que je marche ^^

Je marche, je marche et l’itinéraire me refais traverser un bois glissant. Plutôt que de repartir dans cette galère, je préfère suivre la route. Tant pis pour les kilomètres en plus…
Je n’ai plus d’eau.. et j’ai vraiment soif sous ce soleil de plomb..

Quand on part en rando, il faut regarder où se trouve les cimetières et les églises, il a des robinets d’eau potable accessible ^^

Je cherche les cimetières mais je n’en croise pas. Il me reste encore plusieurs kilomètres à parcourir et il me faut de l’eau. Je croise un château qui fait office de chambre d’hôtes, et je suis accueillie par des anglais, qui malgré ne pas parler un mot de français, finissent par comprendre que j’ai soif ^^ il me remplisse ma poche à eau et m’offre des fruits 🙂
Finalement, les seules personnes croisées sur le chemin auront été bien attentionnées ^^ Merci à eux ..

Je continue de marcher le long de la route et les derniers kilomètres sont vraiment insupportables.. Je n’avance plus, j’ai mal partout et je subis mes 2 journées de marche..
Dure journée…

Arrivée fatiguée mais heureuse !

J’arrive enfin à ma chambre d’hôte, une petite maison perdue au milieu de nulle part, tenue par une dame qui héberge aussi des moutons et des pleins de chats.
Ma chambre se trouve à l’étage, et une fois les affaires posées et la douche prise, j’ai vécu la plus longue descente d’escalier de toute ma vie ! Jamais mes muscles ne s’étaient tétanisés de la sorte, et à chaque marche, mes muscles s’étiraient dans la douleur ^^ (enjoy)
La dame qui ‘m’accueille est vraiment sympathique, me prépare le repas et me tient la conversation. Merci pour votre accueil, j’en garde un très bon souvenir ^^

La journée d’hier m’a laissé des séquelles…
Mes pieds se transforment en ampoule géante, ma cheville droite me fait souffrir à mort (surtout au 30e kil !), ma hanche morfle, mon dos est pété et mes épaules sont disloquées.

Nota Bene sur la randonnée du jour

Voici un beau portrait auquel je ne m’attendais. Je souffre mais j’apprends aussi. J’ai compris que je cherchais à faire toujours plus. Toujours plus loin, toujours plus lourd, toujours plus forte, plus intelligente (quoique…), plus rapide, plus de souffrance, plus de dépassement de soi. A quel prix ?
Je passe à côté du plaisir, de l’observation, des rencontres, de la patience, des échanges, etc…
Faut-il toujours que je me fixe un objectif inatteignable ?
Pour aller loin, ménage ta monture. C’est exactement ça, si je veux continuer davantage je dois faire piano-piano.

C’est ce que mon corps me dit et pour passer outre la douleur, que l’on ne vit pas au quotidien de cette manière, le mental prend le relais et pousse au dépassement de soi.
Notre vie ne nous apprend pas à devoir outre passer nos douleurs physiques, tout est adapté, ajusté, taillé de manière à oublier notre corps pour se déplacer, consommer, produire, sans se soucier de notre intégrité.

Mes pieds sont couverts d’ampoules ^^

Préparatifs du voyage :
l’article se trouve ici

Jour 1 :
De Saint Jean Pied de Port à Saint Palais

Jour 3 :
De Orion à Orthez

3 commentaires Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s